LE DRAPEAU BELGE

Suivant l'article 193 de la Constitution belge: "La Nation belge adopte les couleurs rouge, jaune et noire, et pour armes du Royaume le Lion Belgique avec la légende : L'UNION FAIT LA FORCE."
En 1830, le drapeau belge représentait l'ancien Duché de Brabant. Les couleurs étaient déjà le noir, le jaune et le rouge mais horizontalement avec le noir en-dessous.
Le 12 octobre 1831, le drapeau belge fut officiellement reconnu et les bandes furent placées verticalement (référence au drapeau français) avec le noir à la hampe; ceci, dans l'esprit des constituants, pour se démarquer du drapeau hollandais.
L'article du Vif-l'Express du 20 juin 2014 va plus loin: Hissé aux quatre coins du pays pour encourager les Diables Rouges, le tricolore national se compose de trois bandes verticales noire, jaune et rouge. Pourtant, l'article 193 de la Constitution mentionne un ordre de couleurs différent: "La Nation belge adopte les couleurs rouge, jaune et noire, et pour armes du Royaume le Lion Belgique avec la légende : L'UNION FAIT LA FORCE". Le drapeau belge est donc à l'envers depuis 183 ans. Interrogé par le quotidien De Morgen, l'expert en droit constitutionnel Jogchum Vrielink (KuLeuven) explique cette anomalie : "En 1830, l'ordre était vraiment rouge-jaune-noir et en outre les couleurs étaient horizontales. Cependant, en janvier 1831, quelqu'un a décidé qu'il fallait davantage marquer la différence avec l'ancien envahisseur néerlandais et le drapeau a été retourné". Au même moment, pour des raisons héraldiques, on décide de fixer la couleur la plus foncée à la hampe. Selon Vrielink, la Belgique est le seul pays au monde où le drapeau ne suit pas littéralement l'ordre de la Constitution. Cependant, il paraît très peu probable que les drapeaux soient retournés, et encore moins que la Constitution soit modifiée.
Le drapeau belge est le seul emblème que l'on salue en Belgique (si l'on excepte le drapeau européen et les drapeaux nationaux étrangers); on ne salue pas les drapeaux régionaux et communautaires.

Retour aux chapitres
© 2017 - Tous droits réservés - Pierre Schmitz